La Loire à vélo, de Valence à Belle-Ile en mer

J’avais deux semaines de vacances fin septembre. Initialement j’avais prévu de faire une sorte de tour de l’Oisans, mais les conditions météo annoncées étaient loin d’être optimales (neige à moins de 2000m), donc par sécurité j’ai décidé de changer de plan. Il est jeudi, départ prévu le samedi : que faire ? Dans ma boite à sortie se trouve la Loire à vélo. De la plaine (donc des températures moins fraiches), de la famille à voir à la Baule (embouchure de la Loire) et un challenge qui me semble intéressant vu mon faible niveau de vélo. C’est décidé, ce sera ça.

Passage à Décathlon pour acheter un nouveau cuissard et une nouvelle selle pour limiter les douleurs (c’est vraiment le plus handicapant en vélo pour moi en plaine) et une tente. J’ai bien des abris, mais ils ne sont pas vraiment adaptés au cyclotourisme, car même s’ils sont légers ils nécessitent des bâtons et ne sont pas complétement fermés. Je préfère une tente fermée pour ce voyage, vu que je prévois de dormir régulièrement en camping pour recharger les batteries. Le poids et le volume sont moins primordiaux qu’en rando, donc la tente à 20€ me convient pour ce voyage organisé à l’arrache.

Le reste du matos emmené est très classique et tient dans la sacoche étanche Décathlon. Le vélo chargé ressemble à ça :

Le sac plastique contient mon matelas ; par contre je n’ai pas de liste précise de ce que j’ai emmené. Pour tout ce qui est orientation, j’avais mon téléphone (le combo geoportail/Google Maps est parfait) avec une batterie externe de 7700mAh me permettant de tenir 2.5 jours. Au départ je pensais m’arrêter prendre des cafés pour recharger, mais j’ai préféré acheter une tente fermée et profiter des campings en chemin pour pouvoir prendre des douches alors que les batteries se rechargent.

Je n’avais pas prévu mon itinéraire à l’avance, à part que j’allais suivre la Loire après l’avoir rejointe au niveau de sa source depuis Valence. Avant Roanne j’improvisais en suivant les routes les plus proches ; après Roanne il y avait des canaux latéraux à suivre, puis l’itinéraire officielle de « La Loire à vélo ».

Une fois arrivé à destination (La Baule), je me suis reposé deux jours avant de repartir plus tranquillement en direction de Belle-Ile en mer afin de profiter des quelques jours qui me restaient.

L’itinéraire final ressemble à ça :

Avec le découpage suivant :
– 0.5j jour pour atteindre la source de la Loire (80km, +1000m)
– 6j pour descendre la Loire (1100km, peu de D+)
– 3j pour aller à Belle-ile et me balader dans le coin

Voici quelques photos :

Une réflexion au sujet de « La Loire à vélo, de Valence à Belle-Ile en mer »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *