Islande – Traversée nord-sud et balades en stop

Islande

Donc ma grosse rando annuelle (ou du moins l’une d’elle, teaser) fut en Islande du 6 au 26 août. Pays qui me fait rêver depuis longtemps, et qui fait manifestement aussi rêver beaucoup d’autres personnes vu la quantité de touristes que j’ai pu y croiser (et beaucoup de français) (et beaucoup de membres de RL). J’avais une vingtaine de jours à disposition, ce qui me laissait un peu de choix. Mais finalement, j’ai préféré partir sur une traversée nord – sud ultra classique, de Myvatn à Skogarfoss, en me disant que ce serait une bonne introduction à l’Islande. J’avais prévu une quinzaine de jours pour la faire, avec quelques jours de marge que je pensais utiliser pour revenir en stop à la capitale. Finalement, j’ai mis 13 jours, donc j’ai profiter de la dernière semaine pour me balader très tranquillement en stop sur la côte sud (en mode vacances grasses mat’ grosses pauses, ce qui fait aussi du bien parfois). La carte ci-dessous montre mes deux itinéraires (en rouge à pied, en bleu à l’arrache mes trajets en stop).

Islande

J’ai eu (comme souvent) beaucoup de chance niveau météo, avec une seule journée de pluie quasi-continue. J’ai aussi eu deux ou trois jours de gros vents (130km/h d’après les rangers). Ça m’a laissé l’occasion de profiter des paysages sublimes qu’offre l’Islande, qui propose des panoramas de cartes postales dans tous les sens. Déserts, volcans, glaciers, fumerolles… Y’avait tout, parfois jusqu’à l’écœurement (oui désert, je pense à toi !). Du coup j’ai pris beaucoup de photos, j’espère ne pas vous dégoutter – surtout pour le premier jour. 😀

D’un point de vue logistique, je m’y suis pris un peu à l’arrache (comme d’hab) ; j’ai par exemple pensé à vérifier si on pouvait aller en Islande avec uniquement sa carte d’identité une fois arrivé à l’aéroport. Mais globalement, avec les ressources présentes sur internet (dont RL) et les renseignements de quelques membres (jjondalar, FLF, merci 🙂 ), je n’ai eu aucune difficulté à préparer mon voyage.

Y aller
Aller à Myvatn est très simple, vraiment :
– Prendre un bus pour la gare de Grenoble
– Prendre le bus pour l’aéroport Lyon Saint-Ex
– Prendre l’avion pour Keflavik (départ 22h 23h, arrivée 1h)
– Prendre un bus pour BSI (la centrale de bus de Reykjavik)
– Dormir sur une banquette à BSI (nuit la moins confortable du monde)
– Aller à pied à l’aéroport de Reykjavik, se perdre et arriver du mauvais côté
– Prendre l’avion pour Akureyri
– Aller à pied au centre ville
– Prendre le bus pour Myvatn

(mis sous liste c’est toujours plus impressionnant :p )

Dans l’avion pour Keflavik je croise les premiers islandais de mon voyage : une famille de trois générations qui hurle, bouge et regarde des films sans écouteurs. Heureusement, les autres islandais seront beaucoup plus sympathiques. 🙂

En mettant mon sac le matin du départ, je me suis rendu compte que 16kg c’était bien trop lourd ; à BSI je profite donc du guichet ouvert toute la nuit pour envoyer la moitié de ma nourriture (~5kg) à Nyidalur, à mi-chemin de ma randonnée.

Le programme

Pour éviter de faire des pages trop longues avec trop de photos, j’ai découpé par jour.

Jour 1 : Myvatn – quelque part
Jour 2 : Jour 2 : quelque part – Botni
Jour 3 : Jour 3 : Botni – Dyngjufell
Jour 4 : Dyngjufell – après Askja
Jour 5 : Jour 5 : désert – Kistufell
Jour 6 : Kistufell – Snapadalur
Jour 7 : Snapadalur – après Nyidalur
Jour 8 : rive nord Hagönglon – quelque part
Jour 9 : quelque part – quelque part
Jour 10 : quelque part -Landmanalaugar
Jour 11 : Landmanalaugar – Álftavatn
Jour 12 : Álftavatn – Þórsmörk
Jour 13 : Þórsmörk – Skogar
Jusqu’à la fin : balades tranquilles en stop

La liste est ici.